Découvrez le XCO, sport olympique de VTT

Le VTT suscite des passions dans le monde entier. Des milliers de personnes cherchent à se dépasser en VTT. Et beaucoup d’entre eux s’entraînent dur pour participer aux compétitions de XCO.

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de ce sport, car il s’agit d’une discipline olympique de VTT depuis Atlanta 1996, mais vous n’en connaissez pas les détails. Dans cet article, nous allons donc vous parler de tout ce que vous devez savoir sur le XCO, aussi connu sous le nom de Cross-Country olympique

Qu’est-ce que le XCO?

Le XCO, ou cross-country olympique, est un sport de VTT.

Il consiste en des circuits de 6 à 20 kilomètres d’une grande difficulté technique et se dispute généralement en groupe.

Les cyclistes doivent effectuer plusieurs tours sur le même parcours (entre 5 et 7, en fonction de l’âge du cycliste et de la catégorie), ayant ainsi la possibilité d’améliorer leur performance au fur et à mesure qu’ils apprennent à mieux connaître le circuit.

Les parcours sont très vallonnés, pleins de pentes et de dénivelés. C’est pourquoi le cycliste qui décide de relever ce défi doit être expérimenté.

Il convient également de noter que l’une des exigences d’un circuit XCO est que le parcours total ne comporte pas plus de 15 % de tronçons asphaltés. L’idée est d’être aussi naturel que possible, tout en présentant des difficultés variées.

Il ne faut pas confondre XCO et XCM, qui est un long parcours qui n’est parcouru qu’une seule fois et sur lequel le coureur doit être équipé de tout ce qui est nécessaire pour le supporter. Dans le XCM, c’est l’endurance qui fait la différence.

Dans le XCO, ce qui compte vraiment, c’est la puissance musculaire et la force explosive pour surmonter les obstacles et les difficultés. En outre, le cycliste n’a pas besoin d’être équipé car, sur le circuit lui-même, il y a généralement des zones de soutien où l’on peut trouver de l’eau, de la nourriture et bien d’autres choses encore.

Historique du XCO

Le XCO dérive du vélo de montagne, ou MTB, qui consistait à l’origine à descendre une montagne semée d’embûches et d’accidents géographiques.

Du VTT est né le cross-country, ou XC, qui ne se limitait pas aux montagnes, mais incluait également les sentiers, les rivières et à peu près tout ce qui se trouvait dans la nature.

Naturellement, au fil des années, de nouvelles disciplines sont nées en fonction du besoin des cyclistes d’expérimenter davantage et de toujours s’améliorer. C’est ainsi que sont apparus le XCM et le XCO.

Le point fort de cette modalité est que, comme nous l’avons évoqué au début de ce billet, depuis les Jeux olympiques d’Atlanta de 1996, elle est considérée comme un sport olympique.

Quel est le meilleur vélo pour le XCO?

Il est nécessaire de considérer quelques points essentiels pour pratiquer le XCO dans ce qui a à voir avec le vélo.

Tout d’abord, il est nécessaire de parler d’un mot clé pour rouler dans cette modalité : la légèreté. Et cela s’applique aussi bien au vélo qu’au cycliste. Un vélo XCO doit être aussi léger que possible. Il est recommandé d’opter pour un vélo d’environ 8,5 kilos.

Le deuxième point fondamental qui ne peut manquer dans un vélo XCO est une bonne suspension, en raison du terrain plein d’accidents où les courses sont disputées. L’idéal est d’avoir une double suspension. L’idéal est d’avoir une fourche suspendue de 100 mm.

En ce qui concerne les freins, les freins à disque sont les meilleurs, car ils ne sont pas affectés par les conditions météorologiques ou le parcours. Si nous parlons de détails, la meilleure option est un frein à disque avec un rotor de 160 mm.

En ce qui concerne la transmission, un ou deux plateaux de 11 ou 12 dents sont recommandés. En ce qui concerne les roues, la jante de 29 est la plus populaire dans cette modalité.

Le XCO est-il fait pour moi ?

Nous avons déjà parlé du vélo. Il est maintenant temps de parler du cycliste.

Nous avons mentionné plus haut que l’une des caractéristiques de ce sport est la légèreté, et cela s’applique également au pilote.

En général, ceux qui participent aux circuits XCO ont un physique plus petit, mais avec des muscles bien entraînés, de grandes jambes et une grande capacité pulmonaire.

Cela signifie-t-il que si mon profil physique n’est pas le même, je ne peux pas faire de XCO ?

Bien sûr que non ! Tout le monde peut faire du XCO. Si vous souhaitez participer à des compétitions professionnelles, il est nécessaire de consulter l’organisation de l’événement pour savoir dans quelle catégorie vous vous situez le mieux. Cela permet de s’assurer que la compétition est équitable pour tous.

Comment commencer à pratiquer le XCO ?

Toute personne souhaitant s’initier au XCO doit avoir une expérience préalable sur le vélo, en raison des obstacles et des difficultés du terrain. Une bonne maîtrise du vélo est fondamentale pour éviter les accidents. La XCO est une course très frénétique par moments.

Avant de commencer l’entraînement et surtout avant une compétition, le mieux est d’apprendre à connaître le circuit. Vous aurez l’occasion de le parcourir plusieurs fois, mais un tour tranquille pour vous familiariser avec le terrain est très utile.

Cela permet également d’éviter les blessures. C’est pourquoi vous devez vous échauffer correctement. Environ 10 minutes de conduite douce, en augmentant progressivement la vitesse et, lorsque vous commencez à vous essouffler, une autre conduite douce.

Le XCO demande de l’énergie. Une bonne nuit de sommeil et une bonne alimentation sont donc essentielles. N’oubliez pas non plus de vous hydrater en permanence pendant l’excitation de la course.

Dans ce sport, la vitesse est synonyme de victoire, mais il est impossible de toujours garder le même rythme sur un terrain aussi accidenté. Il faut donc être attentif aux changements de vitesse pour ne pas sortir du circuit ou s’essouffler rapidement.

Le circuit, c’est la vitesse, la synchronisation et le freinage constant. Une bonne posture et l’exploitation des avantages du circuit peuvent faire la différence pour la victoire.